Femme de délicates forteresses,
Tu te hais seule et souffres d'habiter
Entre les frustrations aux seins lactés
Avec tes soeurs hontes et maladresses.
 
Le juge loge au bout de l'oeil en veille
Et s'il est endormi, indifférent,
Tu t'entaches d'un repli déférent,
Doutant de l'apathie de son sommeil.
 
Malade de semblants involontaires,
Ta gondole s'arrête en l'aphélie
D'une excursion aux foyers impolis
Dont si souvent les questions te libèrent.
 
Dans un enfant on t'a donné la vie
Pour que cent ans il espère ta mort...
Ou d'un tonneau de rire espère éclore,
Las de s'y laisser choir avec la lie.
 
Amie des bals masqués et clairs-obscurs
Où tout corps cède son verbe à l'esprit,
Amie des myopies et des écrits,
Tu es frêle et jalonnée de fissures,
 
Anguleuses lamelles cristallines
Et crevasses pudiques par trop folles
Si l'on y verse l'or d'un sang d'alcool
Ou tel venin sucré en poudre fine.
 
Chéris capes et jades d'un royaume
Aux portes en astrakan parfumé ;
Un jour y percera l'orgueil aimé
D'un chevalier sans mailles et sans heaume.
 
Qui t'accueille, ébaubi par tes joues roses,
S'aventure en des floraisons martiennes
Et se noie sous des bruines éoliennes
Saupoudrées par ta force virtuose.
 
Qui jette à ton encontre un froid dédain
N'a soin d'élucider tes doux regards
Et vers les haleurs d'apparences part,
Hautain, fat et crédule paladin.

Hervé Châtelier - 27 mars 1992