L'enfant tournait toujours,
L'oeil interrogeant l'oeil
Des jours,
Conques d'écueils
 
Et poisson à deux têtes,
Taillé dans une corne
d'esthète :
Le Capricorne.
 
L'enfant fut agacé :
Que n'était-il à l'eau
Versée
Par le Verseau ?
 
Il en brisa la base,
L'abandonnant aux rides
Du vase
Du beau Cuspide.
 
 
Le poisson mutila
Cuspide,
Et nageait seul,
Et rêvait
Au désert de Sihal,
Et savait
Qu'en un linceul
Cupide
Le poison le noiera.

Sihal, 29 octobre 1991