Il écoute
Son ré s'effilocher, dénudeur de son âme
Gauche, ténue puis chaloupante route,
Moebienne enceinte ceinturant l'infini des gammes.
 
Avenir ?
Sa bohème de cirque aurait un autre temps
Si grimer en effluve un jeune zéphyr
Face aux âges des siècles divisait tout par cent.
 
Somptueux !
Chaque pli de sa peau cache un prisme diaphane,
Évanescent tissu d'un conscient qui veut
La beauté fantasmatique au sortir de son crâne.
 
Invariable :
Grand Rift écartelé de visions planétaires,
Les ongles noircis dans les marées friables,
Il sait durcir son squelette et resserrer la Terre.
 
Et Cuspide
Regarde interloqué des vagues clandestines
Disloquer la droiture d'un plan d'Euclide
Et pleurer les douleurs au bout d'allumettes fines.

Sihal, 5 mai 1992