La barbe bleue de Barbe-Bleue chez un berger
Mêle l'haleine hautaine à la laine peignée
Avant qu'ourdissent les tisserands
Un nid de sang.


Du sang de chien qu'ils mangent, pour rire dit-on...
Où ? Qu'en sais-je ? - Là bas, où plane une obsession,
Son regard en accents jamais graves,
En Or du Gave.


Elle est en Chine, voyez-vous, et née à Pau.
Là, des Pyrénées troublées virent au château,
Un visiteur d'août qui, doucereux,
Y vint un peu.


Dois-je attendre décembre que ses yeux se brident,
Dois-je encor traverser deux saisons de grand vide,
De lettres éternellement longues,
D'Hong jusqu'à Kong ?


Ah ! Pourtant, celle que demain l'on fêtera
Au son forgé des guitares de fer m'ira.
Mais avant, avant que fuie l'été,
J'aurai chanté :


"L'oiseau de feu a encore brûlé son nid.
Les flammes se dépêchent de mourir en vie
Avant que ne les tue l'eau qui tonne,
L'eau de l'automne."


"Les Manipulations", 20 juin 1992