Cheminée d'un estomac restreint
Recevant un clocher qui s'accouple
Et qui sonne quand cesse la faim
Et qui ploie comme un pavillon souple,
 
Ou tu trouves ce que j'ai à faire
Des oboles grimées en offrandes,
Des timbales en peine de bière
Ou des grappes de toisons des Andes.
 
Ou tu perles fondue sur ma langue
Et m'enduis du fluide des déesses
Évadées loin des plaines exsangues
Et des saints pour qui l'on dit la messe.
 
Fou dilemme, mais belle prison
Vierge encor du tranchant des réponses...
Que dirai-je aux interrogations
Des juges à qui l'on me dénonce ?
 
Tromperie ! Mon âme n'est ni vile,
Ni pauvre, ni triste à se morfondre.
Elle jongle comme un clown habile
Et devant ma jolie fée s'effondre.

"Les manipulations", 4 février 1993