L'eau, ma jolie,
Espiègle et innocente
S'en va au lit
Et goutte sur l'hélianthe.

La folle, ici,
Qui construit sa maison
De vent, de buis,
A-t-elle sa raison ?

Lacustre mie,
Faim, chaste pellicule
Et sots habits,
Javelot qui recule,

Fille et lubies
Dans l'accent des herbiers,
L'oeuf ou la vie,
Séchés sous tes souliers,

Filtrent l'envie
Portant manche gelée
Et bleus ennuis
Dans la vase brûlée.

Garce, c'est lui !
Charlie, son anagramme
Presque Helvétie,
Et seule, pauvre femme ;

Famine, Asie,
Fruit de la terre âgée,
Peste des nuits
Données aux hôteliers ;

Etrier gris,
Sophisme du sourcier,
Au son des bruits,
Que leur sang a pillés ;

Pas de sortie !
Secouons l'hameçon !
Ô pêcherie,
Déjeuner du héron ;

Douce euphorie,
Qui ne se montre plus
Aux faux amis
Dès qu'elle est dans les rues ;

Si ! Poésie,
Je te laisserai nue,
Au seul abri
Du salaud qui m'a cru.

Hervé Châtelier - 20 juin 1991