thumbnail  Ammonites et autres spirales - Reineckeia (Reineckeia) anceps elmii thumbnail  Ammonites et autres spirales - Reineckeia (Reineckeia) anceps elmii thumbnail  Ammonites et autres spirales - Reineckeia (Reineckeia) anceps elmii

pointeur Cliquez sur les vignettes

Ammonites et autres spirales - Reineckeia (Reineckeia) anceps elmii

Reineckeia (Reineckeia) anceps (Reinecke 1818) elmii Bourquin 1968 (M)

Étage

Callovien (-160 à -154 millions d'années) moyen

Localité

Haute-Marne - France
Haute-Marne

Dimensions

Diamètre = 9,5 cm (3.74")

Commentaire

Individu stratigraphiquement ancien, sous-zone à Medea, qui tend vers anceps elmii de part l’ornementation de son stade initial.

D’après Cariou (1984), Reineckeia anceps elmii occupe les sous-zones à Jason et Obductum (=Tyranniformis et Baylei).
La forme macroconque se distingue de Reineckeia anceps anceps par l’existence de faisceaux quadrifurqués sur le stade initial, au moins dès le diamètre de 20 mm, alors qu’il est toujours à faisceaux trifurqués chez R. anceps anceps. Elle se distingue aussi par ses côtes primaires épaissies et subradiales au stade adulte, alors qu’elles deviennent concaves et rétroverses chez R. anceps anceps. La coquille est très évolute, atteint couramment 250 mm de diamètre avec un stade cratériforme atteignant 15 mm. La section est ovalaire déprimée ou subcirculaire, devenant comprimée en fin de croissance avec des flancs aplatis.
La forme microconque montre logiquement des différences avec celles de R. anceps anceps qui sont du même ordre que celles des macroconques : faisceaux pour la plupart quadrifurqués sur le stade initial avec, en outre, des côtes ombilicales moins tranchantes ; loge d’habitation ornées de faisceaux bifides ou trifides, alors qu’ils sont en majorité bifurqués chez R. anceps anceps. La costulation externe du microconque de R. anceps elmii est dans l’ensemble moins proverse que celle de R. anceps anceps, presque radiale. [d’après Cariou 1984]

Classification

Sous-genre :

Reineckeia Bayle 1878 emend. Cariou 1984

Callovien inférieur (horizon à Proximum) à Callovien supérieur (horizon à Collotiformis).
Macroconque de grande taille, évolute, à section renflée qui se comprime sur la loge d’habitation. Stade cratériforme bien développé. Coquille entièrement tuberculée à une ou deux rangées de tubercules latéraux. Côtes primaires subdivisées vers le le tiers inférieur de la hauteur. Nucléus orné de tubercules périombilicaux proéminents, pointus, de forme pyramidale triangulaire. Ils se développent plus ou moins rapidement durant la croissance et deviennent élancés, subconiques, souvent puissants, parfois étirés en bullae. Les formes bituberculées acquièrent leur seconde rangée de tubercules latéraux tardivement et n’ont pas de tubercules siphonaux. Les constrictions sont fréquentes et creuses. Le microconque ressemble aux Rehmannia (Loczyceras), les petits tubercules latéraux du stade initial étant plus élancés, de forme pyramidale triangulaire, et les côtes parfois plus divisées (quadrifurcation possible). Le stade adulte s’orne d’une rangée latérale d’épines lamellaires ou de très petits tubercules persistant sur une partie de la loge d’habitation. [Cariou 1984]

Genre :

Reineckeia Bayle 1878 emend. Cariou 1984

Callovien inférieur (horizon à Rehmanni) à Callovien supérieur (horizon à Collotiformis).
Issu de Rehmannia au Callovien inférieur par accélération ontogénétique : réduction des stades 1 (perisphinctoïde à côtes épineuses bifurquées) et 2 (côtes minituberculées peu divisées) au profit du stade 3, très divisé à gros tubercules.
Globalement, le macroconque se trouve caractérisé par une section renflée, des tubercules forts et distants surmontés de faisceaux de côtes multidivisés. Le stade 1 disparaît au somment du Callovien inférieur et l’enroulement initial devient cratériforme. Au Callovien moyen, le stade 2 disparaît et les formes deviennent donc typiques, ainsi que très grandes pour le gr. anceps. Au sommet du Callovien moyen apparaît un stade 4 adulte à deux rangées de tubercules latéraux.

Sous-famille :

Reineckeiinae Cariou 1984

Callovien.
Formes chez lesquelles la division relativement basse des côtes au centre de la coquille, i.e. vers le 1/3 interne des flancs, est liée à l’apparition d’un stade initial cratériforme caractéristique. Lorsque le stade initial est périsphinctoïde, les côtes se subdivisent un peu au dessous de la 1/2 hauteur du tour, à la fois sur le microconque et sur une partie plus ou moins importante des tours internes du macroconque correspondant à son ornementation initiale. [Cariou]

Famille :

Reineckeiidae Hyatt 1900

Bathonien supérieur à Oxfordien moyen basal.
Formes évolutes, renflées à comprimées, à croissance de la hauteur lente à moyenne. Macroconques atteignant de grandes tailles. Microconques beaucoup plus petits et munis d’apophyses. Côtes saillantes fasciculées, monoschizotomes à dischizotomes, interrompues sur le ventre par un sillon. Au moins une rangée latérale de faibles épines lamellaires ou tubercules plus ou moins forts et élancés. Jusqu’à 3 rangées chez le macroconque, dont une ventrale. Nombreuses constrictions. Sutures très découpées à lobes profonds.

Super-famille :

Perisphinctoidea Steinmann 1890

Bajocien inférieur (zone à Humphresianum) à Hauterivien supérieur-Barrémien inférieur.
Grand groupe comprenant des morphologies très variées, les plus typiques et récurrentes étant les formes planulatiformes évolutes à côtes tranchantes et divisées. Autour gravitent d’autres formes, à enroulements cadicônes, sphaerocônes, voire oxycônes, ornementation coronatiforme à grossièrement cunéiforme, aboutissant à beaucoup d’homoéomorphies internes ou externes à la super-famille. Le dimorphisme est répandu, les macroconques présentant une ouverture simple et parfois une très grande taille, les microconques pouvant être très différents, parfois nains, planulatiformes ou à enroulement excentrique, l’adulte portant, sauf exception, des apophyses jugales. La selle latérale interne n’est pas divisée par un lobe Un, sauf chez les Parkinsoniinae. [Enay & Howarth 2019, Howarth 2017]

Sous-ordre :

Ammonitina Hyatt 1889

Ordre :

Ammonoidea Zittel 1884

Classe :

Cephalopoda Cuvier 1797

Embranchement :

Mollusca Linnaeus 1758

Super-embranchement :

Bilateria: Protostomia Hatschek, 1888: Grobben 1908

Sous-règne :

Eumetazoa Butschli 1910

Règne :

Animalia Linnaeus 1758

Super-règne :

Eukaryota Whittaker & Margulis 1978

Documents

2021. Douas Bengoudira, F.
Contribution à l’étude Biostratigraphique (Ammonites) et Paléoenvironnement (Sédimentologie-Minéralogie) du Callovo-oxfordien de l’Algérie Nord occidentale. Thèse de Doctorat.
Université d’Oran 2, faculté des Sciences de la Terre et de l’Univers
p 108, p 193, pl III, fig 4 (=Reineckeia (Reineckeia) anceps elmii BOURQUIN, 1968 [m]) - lien

2019. Touahria, A., Douas Bengoudira, F., Fagel, N., Fontaine, F. & Sebane, A.
La Formation des Argiles de Saïda (Jurassique moyen d’Algérie occidentale): biostratigraphie (ammonites) et minéralogie
in Revue de Paléobiologie - 38 ((1) - Muséum d’Histoire Naturelle de la ville de Genève
p 3, pl IV, fig 4 (=Reineckeia (Reineckeia) anceps elmii BOURQUIN, 1968 [m]) - lien

2017. Zadesmaeil, M., Majidifard, M., R., Vaziri, S., H. & Jahani, D.
Reineckeiidae (Ammonoidae) Family of the Dalichai Formation in Damghan Area (East Alborz), Iran
in Open Journal of Geology - Vol. 7, No 6 - Scientific Research
p 905, pl 2, fig 4 (=Reineckeia (Reineckeia ) anceps elmii (BOURQUIN, 1968)) - lien

1984. Cariou, E.
Les Reineckeiidae de la Téthys occidentale - Dimorphisme et évolution - Etude à partir des gisements du centre-ouest de la France
in Documents des laboratoires de géologie de la Faculté des Sciences de Lyon - H.S. 8, fasc. 1 (texte), fasc. 2 (planches) - Département des Sciences de la Terre - Faculté des Sciences de Lyon
p 238, pl 36, fig 1-3, text-fig 129, 139 (=Reineckeia (Reineckeia) anceps elmii BOURQUIN, 1968 [M]), p 242, pl 37, fig 1-2, text-fig 140 (=Reineckeia (Reineckeia) anceps elmii BOURQUIN, 1968 [m]) - lien

1968. Bourquin, J.
Les Reineckéidés
in Annales Scientifiques de l’Université de Besançon - 3è série, Géologie, fasc 4 - Université de Besançon
pars. p 96, pl XXX, fig 2, pl 22, fig 5 (=Reineckeia elmii nov. sp.), p 95, pl XLIX, fig 3, pl 23, fig 11 (=non Reineckeia cf. intercostata BURCK.), p 79, pl XLIX, fig 3, pl 24, fig 5 (non Reineckeia aff. stephanoceroides BURCK.), pars. p 8, pl XXVIII, fig 1, non pl XXXI, fig 2, pl 24, fig 7 (non Reineckeia aff. tyranniformis SPATH), pars. p 85, pl XXVIII, fig 5, non fig 5, 6, non pl XLVI, fig 5, pl 23, fig 7, non, fig 6, 8 (non Reineckeia cf. euactis STEIN.), ?p 67, pl XXI, fig 3, 5, 6, pl XL, fig 3, pl XV, fig 3-5 (?=Reineckeiceras cf. couffoni nov. sp.), pars. p 93, pl XLVIII, fig 7, non fig 2, 3, pl 22, fig 2, non fig 1 (non Reineckeia brancoi STEIN.)

1958. Collignon, M.
Atlas des fossiles caractéristiques de Madagascar - Fascicule II - Bathonien Callovien
Service Géologique Tananarive
?pl XXVIII, fig 122 (?non Reineckeia aff. grossouvrei PETITCLERC)

1951. Jeannet, A.
Die Eisen- und Manganerze der Schweiz - Stratigraphie und Palaeontologie des oolithischen Eisenerzlagers von Herznach und seiner Umgebung
in Beiträge zur Geologie der Schweiz - Geotechnische Serie - XIII. Lieferung, 5. Band
pars. p 133, taf 49, fig 5, non fig 6 (non Reineckeia cf. brancoi STEINMANN)

1928. Spath, L., F.
Revision of the Jurassic Cephalopod fauna of Kachh (Cutch). Part III.
in Memoirs of the Geological Survey of India - Vol. IX, Memoir No. 2 - Geological Survey of India, Calcutta
?pars. p 260, pl XXXIV, fig 5 (?non Reineckeia aff. tyranniformis, sp. nov.)

Navigation

Index

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Contenu révisé le 3 mai 2022 - Fiche générée le 9 mai 2022 - 1ère publication le 1er mai 2022