thumbnail  Ammonites et autres spirales - Indosphinctes (Elatmites) cheyensis thumbnail  Ammonites et autres spirales - Indosphinctes (Elatmites) cheyensis

pointeur Cliquez sur les vignettes

Ammonites et autres spirales - Indosphinctes (Elatmites) cheyensis

Indosphinctes (Elatmites) cheyensis (Petitclerc 1915) (m)

Étage

Callovien (-160 à -154 millions d'années) inférieur

Localité

Deux-Sèvres - France
Deux-Sevres

Dimensions

Diamètre = 10,6 cm (4.17")

Commentaire

D’après Mangold (1970), chez E. cheyensis, le stade à parabolae est fortement exprimé jusqu’à un diamètre moyen de 65 mm et ce stade atteint sans doute le début de la loge, cela ne pouvant être établi avec certitude car aucun de ses exemplaires, pas plus que ceux de Petitclerc, ne montrent les cloisons. Ici, l’exemplaire est de grande taille, entrant en fait dans la variabilité d’E. prahecquensis, mais les noeuds paraboliques sont nombreux et bien marqués. Il y en 4 en position latéro-ventrale au début du dernier tour. L’un deux, à un diamètre d’environ 65 mm, correspond à l’avant-dernière cloison. Un autre, un peu plus faible, apparaît au début de la loge à un diamètre d’environ 70 mm. Cela semble être le dernier, mais, malheureusement, la conservation est mauvaise sur une portion suivante à cause de la présence d’une autre ammonite.

Pour Mangold, l’espèce est décrite dans les sous-zones à Ardescicum (=Michalskii) et Patina, zone à Gracilis, sommet du Callovien inférieur. Elle pourrait cependant être plus ancienne (sous-zone à Prahecquense) et se rapporter au genre Homoeoplanulites (communication Facebook de P. Branger, 2020).
Elatmites (?) de grande taille, comme l’espèce de Mangold basée sur un holotype figuré par Petitclerc, E. prahecquensis, mais à ornementation marquée, aux parabolae nombreuses et puissantes, et très irrégulière sur le phragmocône.

Classification

Sous-genre :

Elatmites Shevyrev 1960

Callovien inférieur à base du supérieur.
Regroupe les formes microconques du genre.
Tours internes à stade zigzag, suivi d’un stade "curvicosta" caractérisé par une alternance irrégulière de côtes simples et de côtes bifurquées. A ce stade, les noeuds paraboliques manquent ou ne sont que faiblement exprimés. Un affaiblissement pouvant aller jusqu’à un sillon interrompt les côtes ventrales sur la région siphonale. Sur le dernier tour, des côtes intercalaires viennent étoffer l’ornementation externe. La loge d’habitation adulte, de section comprimée, s’orne de côtes ombilicales, épaissies au tiers interne des flancs. Les constrictions sont toujours faibles et se traduisent seulement par un espace intercostal un peu plus large que les autres, mais non creusé. Le péristome est muni d’apophyses jugales longues et étroites. La ligne de suture est simple, avec un lobe siphonal moins profond que le premier lobe latéral. La première selle est haute, découpée, étranglée au tiers de la hauteur. Le lobe latéral trifide possède des branches légèrement dissymétriques. [Mangold 1970]

Genre :

Indosphinctes Spath 1930

Callovien inférieur (sous-zone à Laugieri) à base du moyen.
Macroconques de taille moyenne à grande, à section comprimée et souvent ogivale. Point de division bas. Côtes primaires épaissies près du rebord ombilical. Costulation persistant jusqu’à l’ouverture ou remplacée par des côtes fortes espacées ou réduite aux seuls épaississements ombilicaux. Microconques petits à apophyses, parabolae, faibles constrictions et alternance irrégulière de côtes simples et bifurquées. Intercalaires et côtes ombilicales sur la loge.

Sous-famille :

Zigzagiceratinae Buckman 1920

Bajocien sup. à Callovien inf.
Dérivent des Leptosphinctinae à l’ouest de la Téthys.
Caractérisés par un stade zigzag (i.e. défini par Zigzagiceras zigzag), au moins sur les premiers tours, suivi généralement d’un stade à parabolae. Suture cloisonnaire très découpée. Lobe suspensif souvent rétracté. Dimorphisme sexuel prononcé marqué par la taille et le péristome. [Mangold]

Famille :

Perisphinctidae Steinmann 1890

Bajocien moy. à Tithonien.
Tronc principal de la super-famille construit autour du genre Perisphinctes. Typiquement aplaties, bien qu’il existe certaines formes très renflées. Côtes simples, bi- ou trifurquées. Macroconques souvent géants, longidomes, à loge d’habitation lisse ou ornée de côtes distantes. Microconques de petite taille, munis d’apophyses et entièrement costulés. Lobe suspensif rétracté. Famille cosmopolite, mais majoritairement téthysienne et pacifique.

Super-famille :

Perisphinctoidea Steinmann 1890

Bajocien inférieur (zone à Humphresianum) à Hauterivien supérieur-Barrémien inférieur.
Grand groupe comprenant des morphologies très variées, les plus typiques et récurrentes étant les formes planulatiformes évolutes à côtes tranchantes et divisées. Autour gravitent d’autres formes, à enroulements cadicônes, sphaerocônes, voire oxycônes, ornementation coronatiforme à grossièrement cunéiforme, aboutissant à beaucoup d’homoéomorphies internes ou externes à la super-famille. Le dimorphisme est répandu, les macroconques présentant une ouverture simple et parfois une très grande taille, les microconques pouvant être très différents, parfois nains, planulatiformes ou à enroulement excentrique, l’adulte portant, sauf exception, des apophyses jugales. La selle latérale interne n’est pas divisée par un lobe Un, sauf chez les Parkinsoniinae. [Enay & Howarth 2019, Howarth 2017]

Sous-ordre :

Ammonitina Hyatt 1889

Ordre :

Ammonoidea Zittel 1884

Classe :

Cephalopoda Cuvier 1797

Embranchement :

Mollusca Linnaeus 1758

Super-embranchement :

Bilateria: Protostomia Hatschek, 1888: Grobben 1908

Sous-règne :

Eumetazoa Butschli 1910

Règne :

Animalia Linnaeus 1758

Super-règne :

Eukaryota Whittaker & Margulis 1978

Documents

2006. Topchishvili, M., Lominadze, T., Tsereteli, I., Todria, V. & Nadareishvili, G.
Stratigraphy of the Jurassic deposits of Georgia
in Proceedings of the Georgian Academy of Sciences - New series - Vol. 122 - A. Janelidze Geological Institute
non p 146, pl 66, fig 2 (non Indosphinctes (Elatmites) cheyensis (PETITC.)) - lien

1997. Thierry, J., Cariou, E., Elmi, S., Mangold, C., Marchand, D. & Rioult, M.
Callovien
in Cariou, E., Hantzpergue, P. & al. - Biostratigraphie du jurassique ouest-européen et méditerranéen - Chap. 8 - ELF Exploitation Production
p 74 (=Grossouvria cheyensis (PETITC.))

1970. Mangold, C.
Les Perisphinctidae (Ammonitina) du Jura méridional au Bathonien et au Callovien
in Documents des laboratoires de géologie de la Faculté des Sciences de Lyon - N°41 - Fascicule 2 - Département des Sciences de la Terre - Faculté des Sciences de Lyon
p 116, pl 12, fig 2, text-fig 95 (=Indosphinctes (Elatmites) cheyensis (PETITCLERC), 1915) - lien

1938. Roman, F.
Les Ammonites jurassiques et crétacées
Masson
p 265, fig 37 (=Proplanulites (Hubertoceras) cheyensis PETITCLERC)

1915. Petitclerc, P.
Essai sur la faune du Callovien dans le département des Deux-Sèvres et, plus spécialement, de celle des environs de Niort
Louis Bon, Vesoul
p 66, pl VI, fig 3 (=Perisphinctes cheyensis nov. sp.), p 67, pl VI, fig 4 (=Perisphinctes cheyensis var. siemiradzkii nobis) - lien

Navigation

Index

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Contenu révisé le 16 avril 2022 - Fiche générée le 9 mai 2022 - 1ère publication le 21 mars 2022