thumbnail  Ammonites et autres spirales - Subgrossouvria crassa  var. monestieri thumbnail  Ammonites et autres spirales - Subgrossouvria crassa  var. monestieri thumbnail  Ammonites et autres spirales - Subgrossouvria crassa  var. monestieri

pointeur Cliquez sur les vignettes

Ammonites et autres spirales - Subgrossouvria crassa  var. monestieri

Subgrossouvria crassa Gérard & Contaut 1936 var. monestieri Gérard & Contaut 1936 (M)

Étage

Callovien (-160 à -154 millions d'années) supérieur

Localité

Maine-Et-Loire - France
Maine-Et-Loire

Dimensions

Diamètre = 11,1 cm (4.37")

Commentaire

Individu de l’horizon à Pseudopeltoceras leckenbyi.

Subgrossouvria crassa est une forme de l’horizon à Pseudopeltoceras leckenbyi.
Le dimorphisme de l’espèce a été caractérisé (Bonnot & al. 2014) et les microconques sont donc rapportés à l’espèce, ce qui ne s’accommode pas bien de leur rattachement historique (Mangold, 1970) au genre Grossouvria, groupe evexa-sulcifera à tours internes constrictés et présence de parabolae, mais reflète mieux la réalité biologique. Il en est de même des microconques des Subgrossouvria du groupe retrorsum-famula, qui, eux, ne portent pas de parabolae. En tout état de cause, Subgrossouvria ne devrait plus être considéré comme un genre exclusivement macroconque.
La description des deux dimorphes est décrite en détail par Bonnot & al (2014). A noter qu’il incluent Orionoides monestieri GÉRARD & CONTAUT 1936 dans la variabilité du macroconque, tandis qu’Énay & Howarth (2019) maintiennent monestieri dans le genre Orionoides. S. crassa est très proche, si ce n’est synonyme de S. intermedia (SPATH 1931), à costulation plus dense.
Les deux dimorphes sont d’allure subserpenticône, à ombilic ouvert, et portent des constrictions proverses assez fréquentes sur le phragmocône, plus rares ou absentes sur la chambre d’habitation. Les côtes sont d’abord bifurquées pouvant devenir polyfurquées. Des formations paraboliques sont présentes.
Le macroconque est de taille moyenne (135 à 200 mm), avec un peu moins d’un tour de chambre d’habitation. Le péristome est simple. La section est légèrement déprimée à légèrement comprimée. Le stade stade initial, à ombilic très ouvert, est orné d’une costulation dense et dichotome. Suivent des côtes primaires et secondaires fortes sur la fin du phragmocône et une grande partie de la chambre d’habitation. Les formations paraboliques n’occupent que les tours internes.
Le microconque est de petite taille (35 à 60 mm). La chambre occupe de 3/4 à un tour. Le péristome porte de longues apophyses. La section est subcirculaire puis ovale. La costulation est habituellement discrète. Les formations paraboliques atteignent habituellement le début de la chambre d’habitation. [Bonnot & al. 2014]

Le variant macroconque monestieri présente les mêmes stades ontogénétiques que Subgrossouvria crassa str. s., une section subcirculaire, une très forte épaisseur sur la fin du phragmocône et le début de la chambre d’habitation et une chambre d’habitation contractée. Il s’en différencie par une taille adulte plus petite, un stade serpenticône initial plus court, un ombilic un peu plus étroit et une costulation moins forte et plus dense. C’est un variant à croissance plus lente. [Bonnot & al. 2014]

Fiches liées

pointeur Cliquez sur les tiroirs pour les ouvrir/fermer

Subgrossouvria crassa

Subgrossouvria crassa

Classification

Genre :

Subgrossouvria Spath 1924

Bathonien moyen à Callovien supérieur.
Genre à l’origine macroconque. Certains microconques non rattachés à leur dimorphe macroconque sont rangés parmi les Grossouvria du groupe evexa-sulcifera.
Macroconque de taille moyenne à grande, à péristome simple. Section arrondie, déprimée ou réniforme. Tours internes et moyens très évolutes. Constrictions nettes. Côtes primaires serrées, dichotomes, d’abord fines et denses, puis fortes, pincées et espacées après une constriction. Côtes secondaires assez fortes, persistant jusqu’à l’ouverture ou disparaissant en fin de loge d’habitation. Sutures simples à éléments larges. Grand lobe suspensif. Petits microconques, à apophyses, constrictions sur le phragmocône, parabolae, côtes primaires radiales ou proverses, serrées et dichotomes sur le phragmocône, denses et non épaissies sur la loge d’habitation. Côtes secondaires rétroverses et délicates.

Sous-famille :

Grossouvriinae Spath 1931

Bathonien moyen à Callovien supérieur.
Dérivent probablement de formes voisines de Wagnericeras.
Pas de stade zigzag. Présence de parabolae discrètes et cantonnées sur les premiers tours des macroconques, elles sont mieux marquées chez les microconques. Différenciation précoce et parfois très marquée entre les côtes primaires et les côtes secondaires. Suture cloisonnaire simple. Selle latérale large, lobe latéral peu profond et symétrique, lobe suspensif toujours faiblement rétracté. [Mangold]

Famille :

Perisphinctidae Steinmann 1890

Bajocien moy. à Tithonien.
Tronc principal de la super-famille construit autour du genre Perisphinctes. Typiquement aplaties, bien qu’il existe certaines formes très renflées. Côtes simples, bi- ou trifurquées. Macroconques souvent géants, longidomes, à loge d’habitation lisse ou ornée de côtes distantes. Microconques de petite taille, munis d’apophyses et entièrement costulés. Lobe suspensif rétracté. Famille cosmopolite, mais majoritairement téthysienne et pacifique.

Super-famille :

Perisphinctoidea Steinmann 1890

Bajocien inférieur (zone à Humphresianum) à Hauterivien supérieur-Barrémien inférieur.
Grand groupe comprenant des morphologies très variées, les plus typiques et récurrentes étant les formes planulatiformes évolutes à côtes tranchantes et divisées. Autour gravitent d’autres formes, à enroulements cadicônes, sphaerocônes, voire oxycônes, ornementation coronatiforme à grossièrement cunéiforme, aboutissant à beaucoup d’homoéomorphies internes ou externes à la super-famille. Le dimorphisme est répandu, les macroconques présentant une ouverture simple et parfois une très grande taille, les microconques pouvant être très différents, parfois nains, planulatiformes ou à enroulement excentrique, l’adulte portant, sauf exception, des apophyses jugales. La selle latérale interne n’est pas divisée par un lobe Un, sauf chez les Parkinsoniinae. [Enay & Howarth 2019, Howarth 2017]

Sous-ordre :

Ammonitina Hyatt 1889

Ordre :

Ammonoidea Zittel 1884

Classe :

Cephalopoda Cuvier 1797

Embranchement :

Mollusca Linnaeus 1758

Super-embranchement :

Bilateria: Protostomia Hatschek, 1888: Grobben 1908

Sous-règne :

Eumetazoa Butschli 1910

Règne :

Animalia Linnaeus 1758

Super-règne :

Eukaryota Whittaker & Margulis 1978

Documents

2020. Courville, P. & Lebrun, P.
Quelques ammonites (et autres céphalopodes) de Montreuil-Bellay
in Fossiles, revue française de paléontologie - Hors-Série X - Editions du Piat
p 70, fig F.68 (=Subgrossouvria crassa (GÉRARD & CONTAUT 1936) [m])

2019. Énay, R. & Howarth, M., K.
Part L, Revised, Volume 3B, Chapter 7: Systematic Descriptions of the Perisphinctoidea
in Treatise Online - No 120 - Paleontological Institute, University of Kansas
p 25, fig 19:3 (=Orionoides monestieri GÉRARD & CONTAUT) - lien

2014. Bonnot, A., Boursicot, P.-Y. & Ferchaud, P.
Les genres Subgrossouvria SPATH et Orionoides SPATH (Ammonitina, Perisphinctidae) de l’Horizon à Leckenbyi (Callovien supérieur, Zone à Athleta) de Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire, France)
in Carnets de Géologie / Notebooks on Geology - Vol. 14, No 17
p 360, pl 5, fig A-B, pl 6, fig A-B, pl 7, fig A-D, pl 8, fig A-D, pl 9, fig A-F (=Subgrossouvria crassa GÉRARD & CONTAUT) - lien

2008. Bonnot, A., Boursicot, P.-Y., Ferchaud, P. & Marchand, D.
Les Pseudoperisphinctinae (Ammonitina, Perisphinctidae) de l’horizon à Leckenbyi (Callovien supérieur, zone à Athleta) de Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire, France) et description d’une nouvelle espèce, Choffatia isabellae
in Carnets de Géologie / Notebooks on Geology - 2008/05 - preliminary version
p 1, 2, 4, pl 1, fig 4 (=Subgrossouvria crassa GÉRARD & CONTAUT) - lien

1936. Gérard, C. & Contaut, H.
Les ammonites de la zone à Peltoceras athleta du centre-ouest de la France
in Mémoire de la Société Géologique de France - No 20 - Centre National de la Recherche Scientifique
p 56, pl VI, fig 1 (=Subgrossouvria crassa nov. sp.), p 58, pl VII, fig 1 (=Orionoides monestieri nov. sp.)

Navigation

Index

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Contenu révisé le 14 avril 2022 - Fiche générée le 9 mai 2022 - 1ère publication le 17 février 2022