thumbnail  Ammonites et autres spirales - Homoeoplanulites furcula thumbnail  Ammonites et autres spirales - Homoeoplanulites furcula thumbnail  Ammonites et autres spirales - Homoeoplanulites furcula

pointeur Cliquez sur les vignettes

Ammonites et autres spirales - Homoeoplanulites furcula

Homoeoplanulites aff. furcula (Neumayr 1871) (m)

Étage

Callovien (-160 à -154 millions d'années) inférieur

Localité

Deux-Sèvres - France
Deux-Sevres

Dimensions

Diamètre = 11 cm (4.33")

Commentaire

Individu de la zone à Bullatus.
Diffère du type d’Homoeoplanulites furcula, de même taille, par l’ornementation de la fin du phragmocône et de la chambre d’habitation. Sur le type (moulage figuré par Mangold, 1970, pl 66, fig 4), en fin de phragmocône, presque chaque côte primaire se sépare en deux secondaires avec ajout d’une intercalaire. Puis, sur la loge, chaque faisceau comporte 3 secondaires et une intercalaire. Ici, l’ornementation varie moins entre le phragmocône et la chambre. Les côtes intercalaires restent moins fréquentes et on compte 23 côtes primaires pour 59 côtes ventrales sur le dernier demi-tour (indice 2,6) contre 21 côtes primaires pour 68 côtes ventrales sur le type (indice 3,2). En revanche, les tours internes sont proches et l’allure générale reste celle d’un Homoeoplanulites de taille moyenne, moyennement évolute, à ornementation dense et régulière.

Espèce de la sous-zone à Bullatus.
H. furcula est de taille modeste, à section haute et comprimée, La costulation est d’abord rétroverse dans les petits diamètres, puis radiale à peu proverse. Les côtes primaires se divisent en deux secondaires jusqu’à la fin du phragmocône où une secondaire libre s’intercale. La loge d’habitation est ornée de trois côtes secondaires et d’une intercalaire. La costulation primaire est dense et les côtes renforcées à leur base. [d’après Mangold, 1970 et Mangold & al., 1996]
NB : furcula est un substantif (=petite fourche) et ne s’accorde donc pas. Neumayr avait d’ailleurs nommé l’espèce Perisphinctes furcula.

Classification

Genre :

Homoeoplanulites Buckman 1922

Bathonien supérieur à Callovien moyen.
Genre dimorphique regroupant macroconques (ex-Parachoffatia Mangold) et microconques (Homoeoplanulites str. s.), issus du couple Procerites (M)-Siemiradzkia (m). Le macroconque se distingue de Procerites str. s. par la différenciation plus marquée des côtes primaires et secondaires. Le microconque se distingue de Siemiradzkia par la présence de constrictions, le développement moins accentué des parabolae et une loge d’habitation ornée de côtes nombreuses, non épaissies.
Les microconques ont des côtes primaires rectiradiées à prorsiradiées, accompagnées de côtes secondaires parfois rursiradiées, et sont costulés jusqu’au péristome adulte portant un léger col et des apophyses. Les macroconques sont variocostés, possèdent de faibles côtes paraboliques et constrictions dans les tours internes et moyens ; ils perdent progressivement leur ornementation sur les tours externes. [Énay & Howarth 2019]. Mangold (1970, 2012 in Mangold & al.) en donne une description plus détaillée. Les microconques présentent 4 stades ontogénétiques :
1) stade lisse, de section arrondie, d’un diamètre de quelques millimètres ;
2) apparition de côtes et noeuds paraboliques ; des côtes ombilicales simples alternent avec des côtes dichotomes ; des constrictions peuvent segmenter les tours ;
3) stade "Siemiradzkia" avec diminution puis disparition des formations paraboliques au début de la chambre ; côtes ombilicales simples et bifides ; constrictions ; péristome juvénile à apophyses courtes ;
4) stade adulte marqué par la disparition complète des parabolae ; côtes ombilicales épaissies toutes bi- ou trifurquées et présence de côte ventrales libres ; tours segmentés par des constrictions ; déroulement de la chambre ; péristome à apophyses jugales bien développées.
Chez les macroconques, les stades 1 à 3 sont réduits aux tours très internes, au profit du stade adulte plus long, caractérisé par de fortes côtes ombilicales à division en 3 ou 4 côtes secondaires auxquelles peuvent s’adjoindre des côtes ventrales libres. Les constrictions sont toujours bien exprimées. La chambre occupe 3/4 de tour et le péristome est simple et peu sinueux. Sutures très découpées, avec un lobe externe aussi profond que le lobe latéral, trifide, symétrique. Lobe suspensif bien développé, rétracté, à nombreux éléments auxiliaires.

Sous-famille :

Zigzagiceratinae Buckman 1920

Bajocien sup. à Callovien inf.
Dérivent des Leptosphinctinae à l’ouest de la Téthys.
Caractérisés par un stade zigzag (i.e. défini par Zigzagiceras zigzag), au moins sur les premiers tours, suivi généralement d’un stade à parabolae. Suture cloisonnaire très découpée. Lobe suspensif souvent rétracté. Dimorphisme sexuel prononcé marqué par la taille et le péristome. [Mangold]

Famille :

Perisphinctidae Steinmann 1890

Bajocien moy. à Tithonien.
Tronc principal de la super-famille construit autour du genre Perisphinctes. Typiquement aplaties, bien qu’il existe certaines formes très renflées. Côtes simples, bi- ou trifurquées. Macroconques souvent géants, longidomes, à loge d’habitation lisse ou ornée de côtes distantes. Microconques de petite taille, munis d’apophyses et entièrement costulés. Lobe suspensif rétracté. Famille cosmopolite, mais majoritairement téthysienne et pacifique.

Super-famille :

Perisphinctoidea Steinmann 1890

Bajocien inférieur (zone à Humphresianum) à Hauterivien supérieur-Barrémien inférieur.
Grand groupe comprenant des morphologies très variées, les plus typiques et récurrentes étant les formes planulatiformes évolutes à côtes tranchantes et divisées. Autour gravitent d’autres formes, à enroulements cadicônes, sphaerocônes, voire oxycônes, ornementation coronatiforme à grossièrement cunéiforme, aboutissant à beaucoup d’homoéomorphies internes ou externes à la super-famille. Le dimorphisme est répandu, les macroconques présentant une ouverture simple et parfois une très grande taille, les microconques pouvant être très différents, parfois nains, planulatiformes ou à enroulement excentrique, l’adulte portant, sauf exception, des apophyses jugales. La selle latérale interne n’est pas divisée par un lobe Un, sauf chez les Parkinsoniinae. [Enay & Howarth 2019, Howarth 2017]

Sous-ordre :

Ammonitina Hyatt 1889

Ordre :

Ammonoidea Zittel 1884

Classe :

Cephalopoda Cuvier 1797

Embranchement :

Mollusca Linnaeus 1758

Super-embranchement :

Bilateria: Protostomia Hatschek, 1888: Grobben 1908

Sous-règne :

Eumetazoa Butschli 1910

Règne :

Animalia Linnaeus 1758

Super-règne :

Eukaryota Whittaker & Margulis 1978

Documents

2021. Douas Bengoudira, F.
Contribution à l’étude Biostratigraphique (Ammonites) et Paléoenvironnement (Sédimentologie-Minéralogie) du Callovo-oxfordien de l’Algérie Nord occidentale. Thèse de Doctorat.
Université d’Oran 2, faculté des Sciences de la Terre et de l’Univers
pl X, fig 1, 2 (=Homoeoplanulites (Homoeoplanulites) furculus NEUMAYR, 1871) - lien

2019. Touahria, A., Douas Bengoudira, F., Fagel, N., Fontaine, F. & Sebane, A.
La Formation des Argiles de Saïda (Jurassique moyen d’Algérie occidentale): biostratigraphie (ammonites) et minéralogie
in Revue de Paléobiologie - 38 ((1) - Muséum d’Histoire Naturelle de la ville de Genève
p 3, pl III, fig 4, text-fig 2 (=Homoeoplanulites (Homoeoplanulites) furculus NEUMAYR, 1871) - lien

1997. Thierry, J., Cariou, E., Elmi, S., Mangold, C., Marchand, D. & Rioult, M.
Callovien
in Cariou, E., Hantzpergue, P. & al. - Biostratigraphie du jurassique ouest-européen et méditerranéen - Chap. 8 - ELF Exploitation Production
p 72 (=Homoeoplanulites (Homoeoplanulites) furculus (NEUMAYR))

1996. Mangold, C., Marchand, D., Thierry, J. & Tarkowski, R.
Les ammonites de l’oolithe de Balin (Pologne) : nouvelles données et réinterprétation stratigraphique
in Revue de Paléobiologie - Volume 15, No 1 - Muséum d’Histoire Naturelle de la ville de Genève
p 60, pl II, fig 6, 10 (=Homoeoplanulites (Homoeoplanulites) furculus (NEUMAYR, 1871))

1992. Callomon, J., H., Dietl, G. & Niederhöfer, H.-J.
On the true stratigraphic position of Macrocephalites macrocephalus (Schlotheim, 1813) and the nomenclature of the standard Middle Jurassic "Macrocephalus Zone"
in Stuttgarter Beiträge zur Naturkunde - Serie B - (Geologie und Paläontologie) - Nr. 185 - Staatliches Museum für Naturkunde, Stuttgart
aff. pl 10, fig 3 (=Homoeoplanulites (Homoeoplanulites) aff. furculus (NEUM.))

1988. Malinowska, L.
Geology of Poland - Volume III: Atlas of guide and characteristic fossils - Part 2b: Mesozoic Jurassic
Geological Institute
p 154, pl LIV, fig 4, 5 (=Homoeoplanulites (Homoeoplanulites) furculus (NEUMAYR), moulage de l’holotype)

1988. Westermann, G., E., G. & Callomon, J., H.
The Macrocephalitinae and associated Bathonian and Early Callovian (Jurassic) Ammonoids of the Sula Islands and New Guinea
in Palaeontographica Abteilung A - Bd. 203 - E. Schweizerbart’sche Verlagsbuchhandlung, Stuttgart
p 76, pl 17, fig 2-4 (=Choffatia (Homoeoplanulites) aff. or cf. furcula (NEUMAYR, 1871))

1970. Mangold, C.
Les Perisphinctidae (Ammonitina) du Jura méridional au Bathonien et au Callovien
in Documents des laboratoires de géologie de la Faculté des Sciences de Lyon - N°41 - Fascicule 2 - Département des Sciences de la Terre - Faculté des Sciences de Lyon
p 70, pl 6, fig 4, 5, text-fig 45, 47 (=Homoeoplanulites (Homoeoplanulites) furculus (NEUMAYR), 1871)) - lien

1958. Collignon, M.
Atlas des fossiles caractéristiques de Madagascar - Fascicule II - Bathonien Callovien
Service Géologique Tananarive
non pl XXVII, fig 111 (non Choffatia furcula ; =Indosphinctes)

1958. Westermann, G.
Ammoniten-Fauna und Stratigraphie des Bathonien NW-Deutschlands
in Beihefte zum Geologischen Jahrbuch - Heft 32 - Geologischen Landesanstalten der Bundesrepublik Deutschland
non p 81, taf 38, fig 4 (non Siemiradzkia (Siemiradzkia) furcula (NEUMAYR, 1871) ; =Homoeoplanulites homeomorphus (BUCKMAN 1922))

1932. Corroy, G.
Le Callovien de la bordure orientale du Bassin de Paris - Mémoires pour servir à l’explication de la carte géologique détaillée de la France
Ministère des Travaux Publics
non p 137, pl XIX, fig 7 (non Perisphinctes subbackeriae var. furcula NEUMAYR)

1931. Spath, L., F.
Revision of the Jurassic Cephalopod fauna of Kachh (Cutch). Part IV.
in Memoirs of the Geological Survey of India - Vol. IX, Memoir No. 2 - Geological Survey of India, Calcutta
non aff. p 353, pl LIV, fig 7 (non Choffatia aff. furcula (NEUMAYR) ; =Choffatia perdagata (WAAGEN, 1875) sensu Bardhan & al. 2012))

1924. Roman, F. & Brun (de), P.
Études sur le Callovien de la vallée du Rhône - Monographie de la faune callovienne de Naves près Les Vans (Ardèche)
in Roman, F. - Travaux du Laboratoire de Géologie de la Faculté des Sciences de Lyon - Mémoire 5 (1) - Laboratoire de Géologie de la Faculté des Sciences de Lyon
non p 99, pl IX (non Perisphinctes af. (sic) furcula ; =Choffatia sakuntala SPATH 1931) - lien

1915. Loczy, L.
Monographie der Villányer Callovien-Ammoniten
in Geologica Hungarica - T. I, Fasc. 3-4 - Budapestini : Academia Scientarum Ungarica
p 156, text-fig 129 (=Perisphinctes furcula NEUMAYR)

1898-1899. Siemiradzki, J.
Monographische Beschreibung der Ammonitengattung Perisphinctes
in Palaeontographica Abteilung A - XLV Band - E. Schweizerbart’sche Verlagsbuchhandlung, Stuttgart
p 299 (=Perisphinctes furcula NEUM.) - lien

1871. Neumayr, M.
Die Cephalopoden-Fauna der Oolithe von Balin bei Krakau
in Abhandlungen der Geologischen Bundesanstalt - Band V, heft 2 - Geologische Bundesanstalt in Wien
p 41, taf XV, fig 1 (=Perisphinctes furcula nov. sp.) - lien

Navigation

Index

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Contenu révisé le 14 avril 2022 - Fiche générée le 9 mai 2022 - 1ère publication le 20 octobre 2009